Une violente tornade malmène la ville : un automobiliste perd le contrôle de son véhicule et renverse un enfant. Papa Govina part à sa recherche pendant qu’Enyonam, infirmière initiée d’un grand couvent, part avec des féticheuses à la recherche du chauffard. L’homme tout comme l’enfant, est à l’article de la mort. « Ils seront sauvés ensemble, la vie de l’un garantissant celle de l’autre ». Le livre évoque le respect de la nature qui passe par le respect des trois règnes que sont : le règne minéral, le règne animal et le règne végétal.

Kokou Math Eli multiplie les casquettes : enseignant, animateur et formateur culturel, dramaturge, Inspecteur de la Jeunesse et des Sport, Directeur général des Affaires culturelles, Docteur en psychologie sociale, Officier de l’Ordre des Arts et Lettres, etc… C’est autour de son roman Govina : le chant de la veine sacrée que nous aurons la chance de nous entretenir accompagné de M. Robert Agboke-Moumouni, Chef du département des Lettres Modernes à l’Université de Lomé à la modération.