« Souvent les claquements d’une porte sonnent dans le vide, elle se (re)ferme sur une présence, une absence, une ombre, une réminiscence . Souvent la lumière diffuse que laisse passer l’ouverture d’une porte nous éclabousse, nous convie à vivre l’instant présent, nous dévoile un ailleurs débonnaire… Alors comment percevoir ce qui n’est point visible au-delà de cette porte ?… Et si porte est, que sommes-nous ? ». Coffi Adjaï
Cette exposition de polychromies, de patchworks ou d’emprises picturales incarnées est aussi, et surtout, un pari esthétique : aller au-delà des évidences sensibles, dont la porte fermée est l’image concrète, dans un monde de liberté absolue, où la seule règle est l’absence de règles étrangères à l’esprit créatif.
Curateurs : Cosimo Antonino Strazzeri – Coffi Adjaï