Sans ordre, ni morale, ni État, comment évolueraient la société et les individus ? La loi du plus fort deviendrait-elle la meilleure, la démocratie peut-elle devenir un totalitarisme? Ce pouvoir, d’où vient-il? De celui qui le possède ou de ceux qui le donnent? Jusqu’à quel point sommes-nous responsables de nos maux?
Dans le royaume de Lowela, quatre personnages en quête de liberté se confrontent dans un monde à la limite du réel. Images expérimentales des rapports de force au sein des groupes sociaux, leurs liens se font et se défont au gré des puissants courants de l’autorité, de la soumission, de la désobéissance et de la violence. Les protagonistes évoluent à tour de rôle et permettent une réflexion autour de la condition humaine, question sous-jacente posée sous différents angles : philosophique, politique et symbolique.
Dans cet espace-temps onirique, «Lowela», l’éternelle continuité dans le cycle du rapport entre dominé et dominant, ne résiste pas toujours aux possibilités d’un nouvel ordre.